Votre maison ou immeuble d’entreprise pourront-ils faire face au changement climatique ?

Trop de pluie en trop peu de temps ou alors de longues périodes sèches. Ce sont deux symptômes du réchauffement climatique qui pourraient causer de sérieux dégâts à votre immeuble. Heureusement, vous pouvez compter sur votre assurance incendie ! Mais couvre-t-elle tous les frais ?

Partager sur Facebook Twitter LinkedIn

Chaque assurance habitation ou incendie couvre aussi les dommages causés par des catastrophes naturelles, car c’est une obligation légale. Mais on n’est jamais trop prudent, vérifiez donc où vous en êtes.

Votre maison ou immeuble d’entreprise se trouvent en zone inondable ou sur un sol argileux qui risque de s’assécher ? Veillez alors à prendre vos précautions et vérifiez si vous êtes suffisamment assuré. Vous projetez de construire ou de rénover ? Avant de commencer, tenez compte des risques croissants liés au changement climatique.

Dégâts des eaux

Entre 2000 et 2010, les frais de réparation suite à des inondations dans l’Union européenne s’élevaient à environ 4 milliards d’euros, par an. Pour 2050, ce montant pourrait atteindre les 23 milliards d’euros, d’après l’Autorité néerlandaise des Marchés financiers. Si on fait le calcul des frais qui pourraient vous tomber dessus, on arrive à 64 000 euros en moyenne par habitation.

Suite au changement climatique, les pics de précipitations sont de plus en plus fréquents. Tout le monde se souvient des pluies torrentielles de 2021 qui ont inondé une grande partie de la Belgique.

Mais même dans des cas moins extrêmes, les inondations causent souvent de graves dégâts. Heureusement, votre assurance incendie les couvre. Sauf si vous avez construit dans une zone qui est désignée comme zone à risque d'inondation depuis plus de 18 mois. Nous vous conseillons de vérifier ceci !

Problèmes de stabilité causés par l’assèchement du sol

En Belgique, un quart des habitations est sujet à des fissures, des crevasses ou même des affaissements. Les bâtiments construits sur un sol argileux ou limoneux courent le plus grand risque.

Ceci aussi est dû au changement climatique. De longues périodes sèches entraînent un assèchement de plus en plus important du sol. Et si ensuite, la pluie arrive enfin, l’eau de pluie n’arrive pas à pénétrer suffisamment dans le sol. La cause ? Trop de constructions et trop de béton.

Et un sol asséché rétrécit. Conséquence : les portes et les fenêtres commencent à coincer et des fissures apparaissent dans les murs. Après quelque temps, ces fissures s’élargissent et de sérieux problèmes de stabilité surgissent. En tant que propriétaire, vous devez faire face à des frais de réparation de quelques dizaines de milliers d’euros, tandis que le sol se dérobe littéralement sous vos pieds.

Heureusement, entretemps l’assurance incendie intervient également dans ces frais. C’est assez récent : avant la modification de la loi en novembre 2021, le rétrécissement du sol n’était pas reconnu comme catastrophe naturelle et donc pas couvert de cette façon.

Vous souhaitez vous assurer que votre maison ou autre bâtiment peut faire face aux conséquences du réchauffement climatique ? Nous sommes là pour vous.

Posez-nous toutes vos questions ici !

Contactez-nous pour un rendez-vous

 Prendre un rendez-vous